armoiries de Jehan de Lencquesaing

Dans le coin supérieur gauche de son portrait, Jehan de Lencquesaing a  fait placer ses armoiries. Peintes avec  une grande précision, elles sont hélas aujourd’hui difficilement  lisibles à cause d’anciennes couches de vernis jaunissant sur la peinture à  l’huile. Il les a également dessinées, très sommairement, sur la page de  garde de son livre de famille (illustration ci-dessous). Les noms patronymiques étant nés en même  temps que les armoiries, soyons sûrs qu’il accorde à son nom et à ses armes la même importance.

Apparues un peu partout  en Europe occidentale dès la première moitié du XIIe siècle, expression  d’un nouvel ordre seigneurial construit sur les décombres de l’empire  carolingien, les armoiries ont d’abord été utilisées par les princes et  les grands seigneurs puis, dès le XIIIe siècle, non seulement par  l’ensemble de la noblesse mais aussi par les non-nobles, les communautés  et les personnes morales. Le sceau prouvait au Moyen-Âge l’identité  d’un individu soit par la matrice accrochée à sa ceinture soit, dans le  contexte de la diffusion d’une culture écrite, par l’empreinte qui  faisait connaître l’identité du sigillant très loin de son lieu  ordinaire de résidence. Les armoiries identifient et font connaître un  statut social, proclament aussi des aspirations et des revendications.

Les armoiries de Jehan  de Lencquesaing sont timbrées (coiffées). C’est un usage propre à la noblesse. Dans  le royaume de France voisin, François Ier a attribué exclusivement en  1535 à la noblesse les ornements de l’écu. Mais ses successeurs devront  plusieurs fois dans le siècle confirmer une décision insuffisamment  respectée, en partie parce que la noblesse n’est pas encore un ordre  juridiquement bien défini. Les armoiries semblent retenues au heaume qui les coiffe par  un ruban de gueules – la couleur rouge en langage héraldique. Protecteur de  la tête, le heaume est la plus noble pièce de l’armure d’un guerrier,  l’abri du siège de la pensée et sa représentation est codifiée en  héraldique. Le casque d’acier poli avec ses grilles d’argent et « taré »  – c’est-à-dire « positionné » en langage héraldique – de trois-quarts,  est celui d’un gentilhomme ancien qui est chevalier ou que le souverain a  revêtu de quelque charge importante dans les armées ou à la cour.  Au-dessus du casque, se distingue un tortil, enroulement d’étoffes  formant couronne torsadée d’azur et d’or, les couleurs des armoiries. La  partie la plus élevée, le cimier, qui « exprime aussi bien des  « pulsions » individuelles que des liens de parenté de type « clanique » »  et est « à la fois masque et totem » (Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, 2004) se laisse hélas  difficilement repérer sous les couches de vernis qui cachent peut-être autant d’usures et de manques. Cet ornement  de parade servait en tournoi à grandir sa silhouette pour effrayer  l’adversaire et frapper l’imagination des spectateurs. Il était dans la  réalité tributaire des contraintes d’équilibre et de pesanteur que ne  connaît manifestement pas l’héraldique tant les cimiers représentés  apparaissent gigantesques. Ils sont composés ordinairement de cornes,  d’ailes, de plumes, de végétaux et surtout d’animaux (des oiseaux, des  animaux hybrides et chimériques surtout). Ce sont souvent les cadets de  branches cadettes de familles nobles ou les bâtards qui sont le plus  attachés au cimier de leur famille, compensant ainsi la fragilité d’un rang social par une emblématique puissante, pouvant constituer « la  mémoire première d’un clan qui, quatre ou cinq siècles après la mort  d’un ancêtre illustre cherche encore à se reconnaître et se rassembler,  ne serait-ce que le temps d’un tournoi ou d’un rituel chevaleresque,  autour d’un emblème commun, formant comme une catalyse des traditions  lignagères et organisant toute la mythologie de la parenté » (Michel  Pastoureau). Enfin, ces armoiries sont accompagnées de lambrequins qui  étaient portés sur le heaume de joute et de tournoi dès la fin du XIIIe siècle. Ce sont de longs rubans d’étoffe fixés au casque et voltigeant  au gré du vent. Leur dessin stylisé, d’azur et d’or, est un élément  décoratif prisé en héraldique.

D’azur fretté d’or au  chef d’azur chargé de deux étoiles d’or, telle est la description que fait un bon héraldiste de ces armoiries. Les armoiries sont des empilements  de plans et leur lecture suit un ordre contraire à nos habitudes modernes.  Elle doit en effet commencer par le plan du fond – le champ d’azur –,  poursuivre par les plans intermédiaires – le fretté d’or  et le chef  d’azur – et enfin terminer par le plan plus rapproché du spectateur, les  deux étoiles d’or. Deux figures d’une couleur posées sur un champ d’une  autre couleur. Leur belle sobriété peut laisser supposer leur  ancienneté, la composition tendant généralement à se charger et à se  compliquer dès le milieu du XIVe siècle. Mais il est aussi possible que Jehan de Lencquesaing en soit l’auteur, les archives de Laprée  conservant la copie d’un copieux traité d’héraldique d’une graphie  soignée très proche de la sienne.  Il était sensible peut-être aux  phares que sont les étoiles, aux rencontres des astres sur le velours  bleu de la nuit. En les admirant, il a perçu peut-être le sentiment du  sublime avant que Kant ne l’exprimât…

Couleur des Barbares aux  yeux des Romains, peu utilisée pendant le haut Moyen Âge, le bleu est  devenu au XIIe siècle une couleur christologique et mariale puis une  couleur royale et princière. Le siècle suivant promeut partout le bleu  et en fait la couleur préférée des populations d’Europe. Elle l’est  restée jusqu’à aujourd’hui. Le jaune en revanche est une couleur  recherchée des Romains puis déconsidérée au Moyen Âge. Le bleu des  armoiries est vif et franc, presque royal. C’est la plus chaude de  toutes les couleurs au Moyen Âge. C’est la couleur de l’air, celle qui  calme et stabilise. Le jaune est la couleur qui excite, qui transgresse,  celle de la fausseté et du mensonge. Ces deux couleurs s’opposent à  cette époque qui ignore encore leur proximité dans le spectre des  couleurs que découvre Newton au siècle suivant…

Le fretté rappelle,  dit-on souvent, la cotte de maille du chevalier et les étoiles ses  éperons. Voilà une explication qui caresse l’idée d’une appartenance à  la fine fleur de la noblesse, celle des croisades, résonant avec le « et  armis » de la devise familiale. Mettons cette digression de côté et considérons  plutôt  que le fretté et sa couleur expriment principalement l’ «  obstacle » par relation de sonorité avec le vieux flamand « lenghesen » /« long marais » tout comme « langsaigne » en langue romane, « saigne »  signifiant « ravine » ou « marais ». Les armoiries Lencquesaing seraient  donc contre toute attente des « arma cantabunda », expression qui  insiste sur l’harmonie sonore de la relation entre le nom de famille et  la figure héraldique. La même idée se retrouve  en Angleterre dans les  armes de John Maltravers (« de sable fretté d’or ») ou encore dans  celles du chevalier Guillaume des Barres au XIIIe siècle (« losangé d’or  et de gueules », soit un écu paraissant chargé d’un grand filet, le  losangé évoquant des « barres », c’est-à-dire des obstacles).

L’époque de Jehan de  Lencquesaing coincée entre Copernic et Galilée, est imprégnée de l’idée  que l’homme et l’univers se répondent, d’une correspondance entre le  microcosme et le macrocosme. L’astrophysicien Hubert Reeves a popularisé  il y a quelques années l’idée que l’homme était de la poussière  d’étoiles puisque tous les noyaux des atomes qui le constitue ont été  engendrés au cœur d’étoiles mortes il y a des milliards d’années  (Poussières d’étoiles, 1984). « Memento homo quia pulvis es et in  pulverem reverteris » / « Souviens-toi, homme, que tu es poussière, et  que tu redeviendras poussière », nous enseigne d’ailleurs la Genèse… Par sa  course autour de l’Étoile polaire qui détermine l’ « axis mundi » / l’ «  axe du monde », l’étoile exprime aussi l’ordre cosmique. Elle est guide  pour le marin sur l’immensité de l’océan. Elle représente le but à  atteindre, la fin du voyage, guidant ainsi dans le Nouveau Testament les  Mages d’Orient vers le Messie. Pour l’auteur de ces lignes, ces deux  étoiles font émerger un souvenir de lecture. Dans Le Guépard du prince  de Lampedusa, le héros du livre, le prince Salina, qui observe sans  réagir l’aristocratie sicilienne s’écrouler au milieu du chaos  révolutionnaire du Risorgimento, est fasciné par les étoiles, enviant  leur immobilité et leur inaltérabilité dans l’imaginaire poétique face  au vent de l’Histoire. Leur observation lui permettait de considérer  avec indulgence la vaine agitation du monde : « Les deux petites  planètes qu’il avait découvertes (il les avait appelées Salina et  Svelto), comme son fief et un de ses chiens de chasse, un braque qu’il  n’avait pas oublié) propageaient la renommée de sa maison au milieu des  espaces stériles entre Mars et Jupiter… »

Ne nous perdons pas davantage dans ces rêveries astronomiques… Ces deux étoiles d’or à six branches – symbole du macrocosme  – posées sur un champ neutre d’azur forme le décor cosmique, le but  ultime de l’homme, le royaume de Dieu. Elles s’opposent au fretté qui  exprime les tourments, le chemin terrestre semé d’obstacles à la vie  céleste. « Per Ardua ad Astra» /« À travers les embûches jusqu’aux étoiles », pour reprendre la devise de la Royal Air Force fondée à Saint-Omer en 1918… Le passage à la vie éternelle se fait « virtute et armis » / «  par le courage et par les armes », devise que Jehan de Lencquesaing a  écrite sur la première page de son livre de famille, sous le dessin  sommaire de ses armoiries. « Virtute » – qui a donné en français le mot «  vertu » – signifie à la fois l’énergie, la force morale, le courage. La supériorité de l’homme réside en effet dans la force de combattre le bon combat, ce double combat dont Bernard de Clairvaux exprime ainsi la teneur : « Contre la chair et le sang et contre les esprits du mal dans les espaces célestes. » ; «  Et armis » / « Et par les armes » donne une coloration nobiliaire,  Montaigne, contemporain de Jehan de Lencquesaing, nous enseignant que «  la forme propre, et seule et essentielle de la noblesse en France, c’est  la vocation militaire » (Montaigne, Essais, 1595). Mais, « qui dirait noble un homme indigne de sa naissance et ne brillant que par l’éclat de son nom ? » Dans la huitième Satire, Juvénal dessine ainsi le portrait du noble dissolu, qui n’a d’aristocratique que le nom : « À quoi te sert, Ponticus, de pouvoir te vanter d’une antique lignée, si tu vis sans honneur à la face des Lépides ? Qu’importent les effigies de tant de guerriers, si tu passes tes nuits à jouer sous le nez des vainqueurs de Numance, si tu t’endors à l’heure où se lève l’étoile du matin, celle même où ces chefs de guerre faisaient avancer les enseignes et levaient le camp ? » La seule et authentique noblesse, selon Juvénal, ce n’est donc ni la richesse, ni la naissance : « La seule et unique noblesse, c’est la vertu. » Et c’est peut-être d’abord parce qu’il entend être vertueux dans sa vie que Jehan de Lencquesaing fait siens les codes de la noblesse…

N’allons pas au-delà  dans l’étude de ce portrait et de ces armoiries. Ne pressurons pas le  document d’histoire au-delà de ce qu’il peut nous livrer.  Intéressons-nous plutôt désormais aux rares faits bruts de l’existence  du premier homme…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.