noms de pays : Solre-le-Château

C’est donc de Solre-le-Château, en cette année de bascule, que Jehan de Lencquesaing s’est engouffré dans l’Histoire. Lieu de résidence ordinaire de ses parents, maison de famille que ceux-ci rejoignent à la belle saison, refuge contre la crise frumentaire et contre la peste qui ravagent les villes des Pays-Bas en 1554-1555, nous ne saurons sans doute jamais.

De loin, surtout en venant du village de Clairfayts, le bourg se fait remarquer dans le paysage par le clocher à bulbes de son église Saint-Pierre, penché comme celui de l’église de Verchin, en Artois. Les Lencquesaing d’aujourd’hui connaissent mieux le second que le premier…

Loin du bruit du monde, peuplé de moins de deux-mille habitants et se dépeuplant continuellement depuis cinquante ans, il est situé dans ce que les géographes aujourd’hui appellent une marge, celle du département français du Nord, à une quinzaine de kilomètres au nord-est d’Avesnes-sur-Helpe, le modeste chef-lieu d’arrondissement ; à une vingtaine au sud-est de Maubeuge, la ville principale de l’arrondissement ; en ignorant l’artificielle frontière franco-belge, à une quarantaine de deux grosses villes wallonnes, Mons et surtout Charleroi ; à une centaine de Lille en Flandre et plus loin encore d’Aire-sur-la-Lys, de Quiestède et de Saint-Omer en Artois, là où l’histoire des Lencquesaing s’écrira principalement. Voilà des distances qu’il faut apprécier avec les moyens de transport du XVIe siècle, incommodes, coûteux et surtout très lents, du moins pour nous : cinq kilomètres à l’heure en moyenne sur des chemins creux qui engloutissent les charrettes.

Les Lencquesaing ont habité Solre-le-Château mais n’en ont jamais été les seigneurs et nous ignorons quand Jehan a quitté sa maison natale qui était d’ailleurs peut-être celle de sa famille du côté maternel. La terre a anciennement appartenu aux seigneurs de Barbençon puis a été possédée au XIIIe siècle par les châtelains de Beaumont qui, du reste, étaient issus de la maison de Barbençon. Maurice de Beaumont la vend en 1417 à Jacques de Berlaymont dit de Floyon. Elle passe ensuite en 1474 dans la maison de Lannoy. En 1555, le seigneur d’alors est Jean de Lannoy, chevalier de la Toison d’Or – ordre de chevalerie fondé à Bruges en 1430 par Philippe le Bon, duc de Bourgogne –, conseiller et chambellan de l’empereur Charles Quint, distingué en 1559 par le roi Philippe II qui lui confie le gouvernement de Hainaut. Lui succède à sa mort en 1560 son gendre, Jean VII de Glimes, chevalier de la Toison d’Or, conseiller et chambellan du roi, grand veneur de Brabant en 1556, gouverneur, grand bailli et capitaine général du Hainaut en 1560, gouverneur de Valenciennes. Il meurt en Espagne en 1567 sans laisser d’enfants de sa femme, Marie de Lannoy, qui décède à son tour à Solre-le-Château en 1580. De cette dernière hérite une vieille tante, Yolante de Lannoy, troisième épouse de Jacques III de Croÿ (1508-1587), fils du gouverneur-capitaine de la ville et du château du Quesnoy.

À Solre-le-Château, autour de son église et de son couvent des sœurs grises, de son château, de sa grande place et de ses halles, de son hôpital, quelque 600 habitants plongés dans le temps de la forêt, vivant en marge de la grande Histoire, sont occupés à piquer le grès des carrières, à engraisser les bestiaux et à cultiver l’épeautre – le blé des Gaulois, céréale adaptée à la pauvreté du sol –, l’orge, l’avoine et les plantes fourragères (pois et vesces), à entretenir les arbres fruitiers et à faire croître le houblon. Ils s’affairent aussi dans quelques « huisines » (ateliers, lieux de travail) tirant pour la plupart profit de l’eau de la Solre et de quelques autres ruisseaux pour développer des activités complémentaires de l’agriculture (moulin à farine, tordoir à huile, brasserie) et de l’élevage (production de fil de laine et de serge – laine tissée –, tannerie). Ils travaillent encore à la forge et au « chauffour », le four à chaux. Deux foires annuelles, le 1er mars et le 1er octobre, font se rencontrer à Solre-le-Château chalands, paysans et marchands des environs. De la halle datant du dernier quart du XVIe siècle, il ne reste guère aujourd’hui, sur trois clés de voûte, que trois inscriptions frappées de morale chrétienne à l’attention des marchands :

« Soyez féaulx, usez de conscience, Gens qui traictez ici de marchandise. Ne gaignez riens avec divine offense, Mauldicte est richesse mal acquise. »

« Quiconque vient icy pour marchander, Ne vueille point, pour le plus de gaignaige, Par fraude ou dol son âme hassassiner. Car perdre l’âme est souverain domaige. »

« Vous qui venez marchander en ce lieu, Gardez-vous bien, par plus ample proufit Par tromperie offenser le bon Dieu, Duquel la grâce a tout bon cuer suffit. »

C’est surtout sa forteresse qui rend Solre-le-Château considérable. Comme la halle, elle donne sur la grande place avec ses murailles épaisses et ses tours hautes. C’est un important ensemble de bâtiments construits en pierre bleue de l’Avesnois ou en brique et couverts d’ardoise. Endommagée par le connétable de Saint-Pol en 1473 alors qu’elle venait d’être acquise par Baudouin Ier de Lannoy dit le Bègue, la forteresse a été ensuite réparée, suffisamment quand le roi de France établit son camp à Maroilles en 1543. C’est de cet ensemble où se mêlent le Moyen-Âge et la Renaissance qu’hérite Philippe de Croÿ, seigneur de Molembaix, avant de devenir le siège d’un comté en 1590.

De Solre-le-Château le visiteur fait aujourd’hui assez vite le tour mais il y a de quoi encore répondre aux alentours à sa représentation mentale de l’Avesnois : un pays de tradition laitière, fromagère et de boissellerie où les vaches se reposent au fond de verts vallonnements à l’ombre des pommiers ; des bocages aux haies denses de charmes, d’aubépine et de prunelier ; le moutonnement des meules ; des forêts de feuillus qui sont les restes d’une forêt primitive. Évoquant la lointaine Normandie, l’Avesnois est en effet une curiosité géographique dans une région dénudée de bonne heure, marquée surtout par de faibles reliefs voire du plat, des champs ouverts et des grandes cultures.

Que reste-t-il du Solre-le-Château de la seconde moitié du XVIe siècle ? Comme le fleuve d’Héraclite, la terre n’est ni immuable ni sans âge… Il ne reste donc rien pour ainsi dire de ce que Jehan de Lencquesaing a pu voir. La forteresse à laquelle Solre-le-Château doit la dernière partie de son nom a disparu sous la Terreur. Disparues également les maisons au toit de chaume. Deux maisons de brique du XVIe siècle sont encore debout mais ont été bâties après sa venue au monde : l’une en 1570 dans la rue des Sœurs, l’autre en 1574 dans le rue de Liessies. L’église paroissiale Saint-Pierre dans laquelle il a été très certainement porté sur les fonts baptismaux date du XVe siècle. Elle a été très endommagée par un incendie en 1611 et fortement reprise, tout comme sa tour élevée en 1514. Le décor intérieur à l’époque de son baptême a aussi disparu, hormis un vitrail de la Passion et un autre du Jugement dernier, tous deux autrefois dans la chapelle Saint-Pierre et aujourd’hui rapprochés du chœur. La Terreur a également détruit les riches tombeaux seigneuriaux qui devaient contribuer à la beauté et à la solennité de l’église. En juillet 1891, à l’occasion d’un repavage du chœur, on retrouva sept cercueils en plomb des comtes de Solre et un huitième en cuivre rouge, tous aujourd’hui perdus. L’un d’eux en forme de coffre renfermait la dépouille de Philippe de Croÿ chevalier de la Toison d’Or, mort à Prague en Bohème le 4 février 1612 et inhumé à Solre-le-Château le 10 mars suivant.  Dans le tour, il reste le Dindin, une cloche fondue en 1260 qui aurait anciennement été celle du beffroi. Enfant, Jehan de Lencquesaing a peut-être chevauché dans les champs en fleur autour de Solre-le-Château et s’est peut-être recueilli devant la Pierre Martine, un menhir christianisé : un mégalithe de grès tertiaire planté à une grande profondeur dans une terre schisteuse au pied duquel se trouvent deux blocs brisés. La tradition populaire rapportait que Saint Martin, venu évangéliser la contrée, passant de Liessies à Solre-le-Château, portait sur son dos cette pierre sur laquelle il montait pour haranguer les païens. La chaleur surnaturelle de son corps y avait laissé, croyait-on, l’empreinte de ses doigts et de son épaule…


Article révisé le 22/08/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.