vénerie dans le pays de Saint-Omer

Édouard-Guy comte du Passage (1872-1925), Un siècle de vénerie dans le nord de la France, Paris, 1912, p.342-347.

Saint-Omer fut durant tout le dix-neuvième siècle une petite ville de province sachant garder dans son enceinte de canaux une société agréable et mondaine. Entourée par les forêts d’Éperlecques, de Tournehem et de Clairmarais, il est aisé de concevoir que parmi la gentry de la contrée, il se rencontra nombre de chasseurs, voire même de veneurs.

Le vicomte du Tertre et monsieur Léonce Bacon sont les seuls survivants de ces joyeuses réunions, où se retrouvaient : monsieur Gustave d’Artois, le père Bau, le comte de Bouillé, messieurs Henri Donjon de Saint-Martin, Charles Donjon de Saint-Martin, Marcotte de Noyelles, le marquis de Fricon, messieurs de Laage de Bellefaye, Bacon, Félix et Alfred de Monnecove et le comte de Valanglart.

Vers 1857, messieurs Henry de Givenchy et Charles de Saint-Just chassaient le lièvre à courre, en forêt de Tournehem, avec une meute de chiens d’Artois croisés de Normands dits chiens d’ordre. Cette première meute, trop lente dans sa menée, fut remplacée par une meute de chiens anglo-normands, que ces deux veneurs continuèrent à servir à pied jusqu’en 1864, époque de la création du Rallye-Artois qui réunit en société toutes les compétences de l’époque en la matière.

Les actionnaires de la forêt de Clairmarais, Messieurs Bernard de Renescure, Allart, comte Armand du Tertre, messieurs de La Serre et van Zeller d’Oosthove formèrent eux aussi vers 1857 un équipage de chiens courants. Durant la première partie de la saison, ces messieurs tiraient l’animal devant leurs chiens puis, en février et mars, ils le chassaient à force. La meute se composait de vingt-six chiens briquets d’Artois, dont monsieur d’Oosthove avait la direction. Toutes les personnes suivaient à pied, les prairies coupées de canaux multiples qui entourent la forêt étant impraticables à cheval. Ces chasses furent maintes fois le sujet de discussions interminables sur les doubles voies de maître Capucin. Chacun invoquait du Fouilloux, Salnove ou Gaston Phœbus pour arriver à retrouver le droit et toutes ces bonnes volontés parvenaient à sonner une vingtaine d’hallalis dans leur saison. L’équipage de Clairmarais ne dura que jusqu’en 1862, époque du mariage de monsieur d’Oosthove.

Monsieur Gabriel Donjon de Saint-Martin a eu la grande amabilité de m’envoyer une lithographie de Jules Noël ayant trait à une chasse donnée à la Saint-Hubert au château de Louches, en 1847. Une série de vignettes ayant trait aux péripéties de cette journée, d’autres reproduisant les portraits des chasseurs présents, encadre une chanson composée par monsieur Henri Donjon de Saint-Martin, et une réplique de messieurs Alfred et Félix de Monnecove. Je ne puis mieux faire que de chanter encore comme ces gais convives :

I
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons,
Et joignons à notre refrain,
Le nom si cher de Saint-Martin.
J’ai vu souvent dans le cours de ma vie,
Bien noblement traiter les visiteurs;
Mais je n’ai pas vu famille chérie
Qui sut mieux conquérir les cœurs.
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons,
Et joignons à notre refrain,
Le nom si cher de Saint-Martin.
Et joignons à notre refrain,
Le nom si cher de Saint-Martin.

II
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons.
De la chasse chantons aussi
Le roi du jour, le bon Henri.
Le même toit protégea notre enfance.
Et si jamais, j’oubliai mon ami,
Un cri d’amour, l’espoir de notre France, (ce vers et le suivant, bis à la suite)
Me redirait : Pense à Henri.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

III
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons,
Et joignons à notre refrain,
Charles Donjon de Saint-Martin.
Charles, patron du clergé de la France,
Du choléra, montra qu’il n’eut pas peur.
De la santé, la vice-présidence,
Prouve qu’on se fie à ton cœur.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

IV
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons,
Invoquons notre saint patron
Pour Alexandre de Fricon.
De cet ami, dont nous plaignons l’absence,
On a mangé le gras représentant.
Mais, j’en suis sûr, Messieurs, sa souvenance
Durera plus que son faisan.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

V
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons.
Chantons aussi ses descendants,
Les d’Artois et les Laurétans,
Fier de son sang qui coule dans tes veines.
Entends, d’Artois, chanter ce saint veneur,
Ecoute encore, aux plages vénitiennes,
Redire un nom cher à ton cœur.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

VI
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons.
Chantons aussi, chantons en chœur,
La défaite d’un artilleur.
De Laage, on dit qu’un jour de bataille,
On enleva ton épée et ton cœur ;
J’ai vu la main qui lança la mitraille,
Tu pus te rendre avec honneur.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

VII
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons,
Et joignons à notre refrain
De Noyelles, le châtelain.
Gai, spirituel, bon vivant, je le gage,
Oui, tu naquis sous l’astre de l’amour.
Tu fus, tantôt plus heureux que le Sage,
Qui peut tomber sept fois par jour.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

VIII
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons,
Et joignons à notre refrain
Ce nom, Charles de Guizelin.
Madame, au sein d’une heureuse famille,
Comptez les cœurs que vous sûtes charmer.
Au front de tous, voyez le bonheur brille,
C’est le bonheur de vous aimer.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

IX
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus les précieux dons.
Chantons Saint-Just, chantons aussi
Les deux cousins, les Givenchy,
Le bel Armand et les trois Monnecove,
Bacon, de Laage et tous les Guizelin,
Et les d’Artois de Northerk, de Cocove,
Dont le toit fut souvent le mien.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

X
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons.
A vous tous, mes gais compagnons,
Les derniers vers de mes chansons.
Oui, sur l’honneur et foi de gentilhomme,
Vous m’avez fait oublier mon pays,
Et, pour toujours, aujourd’hui, je vous somme,
De me compter de vos amis.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

XI
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons.
Chantons Roger, chantons en chœur,
Oui, chantons, mon ami de cœur.
De nos chasseurs, je me rends l’interprète.
Je le proclame, au nom de tous ici,
C’est toi, mon cher, le vrai roi de la fête.
Nous sommes fiers d’un tel ami !
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)

XII
De saint Hubert, amis, chantons
Les vertus et les précieux dons.
Chantons encore tous les chasseurs,
Les chiens courants et les piqueurs.
Mes chers amis, votre aimable présence,
Dans ce canton fit naître le plaisir,
Pour adoucir les regrets de l’absence,
Jurez-moi tous de revenir.
De saint Hubert, amis, chantons (etc.)


Article révisé le 03/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.