mobilisation et départ de Jacques, août 1914

Le 1er août 1914, à 15 h 55, le télégramme porteur de l’ordre de mobilisation générale est envoyé depuis Paris aux commandants de corps, de division et de régiment, ainsi qu’aux préfets. Ces derniers informent les sous-préfets et les maires, chargés de transmettre l’information à leurs concitoyens. Des gendarmes sont de même dépêchés dans les communes rurales. Des affiches sont placardées. Églises et beffrois sonnent le tocsin. Les tambours de ville et gardes champêtres annoncent la nouvelle. En quelques heures, celle-ci est connue de tous.

Samedi, 1er août.
[…]
Mobilisation générale décrétée. De grandes affiches blanches sont collées sur la porte de l’église et à la mairie. On s’écrase pour voir de ses propres yeux ce que toutes les voix répètent. Un lourd silence tombe sur la foule. On regarde les hommes, les ouvriers qui sortent des usines ; les mineurs, que la sirène lugubre a fait remonter des fosses et qui se dirigent à grandes enjambées, silencieux, vers leurs maisons.
[…]
Dans les villages on s’assemble autour d’un gendarme qui sonne une cloche et qui lit à voix haute l’ordre de mobilisation.

Madeleine BRACQ, En Artois. Juillet-octobre 1914, Tours, Mame, s.d., p.9-10.


L’annonce de la mobilisation. L’impression en ville. Un groupe assez compact a stationné longtemps hier après-midi aux abords de la poste à partir du moment où y fut affichée la dépêche d’urgence annonçant la mobilisation générale et qui était ainsi conçue : Officiel. Extrême urgence. Circulaire recommandée. Ordre de mobilisation générale : le premier jour de la mobilisation est le dimanche 2 août. Plusieurs scènes touchantes s’y produisent ; nous n’en citerons qu’une : celle d’une brave femme, portant un panier de blanchisseuse dans un bras et traînant de l’autre deux marmots, a les yeux si brouillés qu’elle ne peut lire le papier et nous demande : « Quand est-ce le deuxième jour de la mobilisation ? » Le renseignement obtenu, elle se retire en étouffant des sanglots. Pendant ce temps, le tambour de ville qui remplace le regretté Isaac qui aurait été très fier d’exercer ses fonctions en pareilles circonstances, parcourut les places et les rues et, aux arrêts habituels lit la formule de mobilisation générale telle qu’elle est reproduite ci-dessus. Il était accompagné d’un sergent de ville. Inutile de dire que cette proclamation a suscité dans tous les quartiers la plus vive émotion. Enfin, pendant une grande partie de la journée et de la soirée, un autre groupe de curieux sans cesse renouvelés n’a cessé de rester en face de l’Hôtel de Ville pour lire et commenter les affiches officielles ayant trait à cet événement sensationnel qui va modifier si profondément les conditions d’existence pour tant de gens et de familles. La plus ferme résolution se lisait sur les traits des jeunes hommes. Quelques-uns à peine étaient un peu pâles d’une émotion bien légitime en songeant à tout ce qu’il faudra quitter, aux affections, à la fiancée peut-être. Rencontré aussi beaucoup de femmes, de jeunes filles aux yeux rougis ; des mères, des sœurs, des promises ?

La mobilisation à Saint-Omer. Le Mémorial artésien, 3 août 1914.


Carte-lettre écrite au crayon à papier de Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914) à Antoinette-Marie-Philomène-Eugénie d’Hespel de Flencques (1864-1933), sa mère. Saint-Omer, 4 août 1914 (cachet de la poste). Archives de Laprée, Quiestède, 1.2322.

Ma chère mère, Je suis pour le moment au lycée. Il sera difficile de me trouver mais peut-être que non. 21e compagnie, 3e cas[…, illisible] caporal. Nous partons lundi probablement. Le capitaine ne sait pour où. Je vous embrasse bien tendrement. Votre fils dévoué, Jacques.


Carte-lettre de Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914) à Antoinette-Marie-Philomène-Eugénie d’Hespel de Flencques (1864-1933), sa mère. Saint-Omer, samedi 8 août 1914. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2321.

Bien chère mère, Je pars aujourd’hui pour Cambrai car c’est par erreur que j’ai été affecté au 208e. C’est au 201e que je suis. Je verrai donc probablement Alfred. Embrassez tout le monde pour moi. Votre fils bien affectueux, Jacques. Adresse : 201e d’infanterie, 29e compagnie, caporal. Nous partons lundi probablement. Le capitaine ne sait pour où. Je vous embrasse bien tendrement. Votre fils dévoué, Jacques.


Lettre de Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914) à Antoinette-Marie-Philomène-Eugénie d’Hespel de Flencques (1864-1933), sa mère. Saint-Omer, samedi 8 août 1914. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2320.

Ma chère mère, Quelqu’un vient de me dire qu’il faudrait essayer pour avoir des nouvelles de vos militaires de leur écrire en lettre ouverte ou plutôt en carte postale sans timbre en leur demandant leur « numéro de répertoire du corps ». Voici le mien (015238). Donc, je répète, pour moi, pour le moment : « Jacques de Lencquesaing, Caporal, 29e compagnie du 201e d’infanterie, Cambrai. » Mais je ne sais pour moi si cela m’arrivera étant donné que je serai probablement versé dans une compagnie de dépôt. En tout cas je vous écrirai une carte postale de Cambrai. En tout cas, ma chère mère, Dieu va comme vous le dîtes et qu’il nous protège tous [sic]. Embrassez bien papa pour moi ainsi que tous ceux qui restent. N’oubliez pas Anna. Votre fils bien tendre, Jacques.


Carte-lettre de Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914) à Antoinette-Marie-Philomène-Eugénie d’Hespel de Flencques (1864-1933), sa mère. Cambrai, lundi 10 août 1914. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2323.

Ma chère mère, J’ai rencontré samedi soir en gare de Saint-Omer Auguste de Bayenghem qui venait de s’engager. Il avait été pris malgré son œil perdu. À Lille, j’ai vu Charles de Diesbach qui a été très gentil pour moi. Quand je suis arrivé à Cambrai, le 201e était parti pour où on ne sait. Je n’ai donc pu voir Alfred. Je suis donc dans une compagnie de dépôt encore probablement pour huit jours. Nous sommes casernés dans le collège Vauban. Mille amitiés à tous. Vous embrasse bien affectueusement. Je viens de rencontrer de Rincquesen qui est ici.


Lettre de Jacques-Louis-Dominique de Lencquesaing (1883-1914) à Antoinette-Marie-Philomène-Eugénie d’Hespel de Flencques (1864-1933), sa mère. Cambrai (carte postale représentant la Maison espagnole à Cambrai), 13 août 1914. Archives de Laprée, Quiestède, 1.2300.

Jeudi 13. Ma chère mère, J’ai vu Charles et vous remercie de votre bonne lettre pour Rosny qui est au 162. Je vais bien et ne sais quand nous partons. Embrassez tout le monde. Votre fils affectueux. Jacques. J. de Lencquesaing, caporal au 201e de ligne, 29e compagnie de dépôt.


Article révisé le 10/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.