Imbert dans les archives de Laprée

17 mars 1608. Des lettres d’anoblissement sont données à Bruxelles pour Nicolas Imbert, seigneur de La Phalecque, échevin de Lille. Ces lettres sont enregistrées le 13 février 1609 moyennant finance de 115 livres d’Artois. Nicolas Imbert, natif d’Arras, demeurant à Lille, a fait état des grands services qu’il a rendus à ses souverains pendant les troubles et guerres, tant à l’assemblée des États de Lille, Douai et Orchies qu’en qualité d’échevin de Lille. Il a expliqué qu’il était pourvu de bons et notables moyens pour honorablement s’entretenir en gentilhomme mais qu’il n’osait se placer au rang des nobles sans avoir été auparavant anobli.  

Juin 1749. Des lettres de Versailles autorisent Allard-Albert Imbert, seigneur de La Basecque, et les aînés mâles de ses descendants, de se qualifier du titre de comte sans être obligés d’affecter ce titre à une terre. Ces lettres nous renseignent que le sieur Imbert était chevalier de Saint-Louis, lieutenant général des armées du Roi, gouverneur de la citadelle de Lille. En 1696, il eut l’honneur d’être admis au nombre des pages de la grande écurie du roi. Il donna, pendant quarante ans de service, plusieurs fois des preuves de sa valeur : en 1708, à la défense de Lille, sa ville natale, où il fut blessé et nommé maître de camp de cavalerie ; en 1730, au camp de la Sambre, où il devint maréchal général des logis de la cavalerie. En 1740, il fut gouverneur de la ville de Menin. En 1741, il fut envoyé en qualité de ministre auprès de l’Électeur de Trèves. Les lettres précisent qu’il appartient à une famille anciennement noble qui a été convoquée aux assemblées de la noblesse de Flandre  et qu’il est l’un des quatre baillis hauts-justiciers de la châtellenie de Lille, Douai et Orchies. 

Décembre 1775. Lettres d’anoblissement données à Versailles pour Jacques-Augustin Imbert de Chéreng, sous-lieutenant au régiment de cavalerie. Ce dernier a exposé qu’il était issu d’une ancienne famille d’Artois (fixée à Lille et dont une branche a été anoblie en 1608) et alliée aux maisons les plus illustres de la province ; que le sieur Imbert de La Basecque, descendu comme lui de Jacques Imbert et de Marie Vassal, leur huitième ascendant, a obtenu le titre de comte en 1749 pour son attachement à son souverain, attesté par les blessures dont il était couvert et le grade de lieutenant-général dont le roi l’avait revêtu.

Armes : d’azur à la bande d’argent, accompagnée de deux molettes d’éperon d’argent, placées une en chef l’autre en pointe. Casques à treilles ouvertes ; lambrequins et bourlet (tortil) d’argent et d’azur. Cimier : un léopard assis au naturel.

Archives numérisées consultables en ligne sur demande : avantlapree@gmail.com

  1. Mémoire pour Jean-Chrisostome Benard, curateur judiciairement commis aux héréditéz jacentes de Dame Marie-Anne Imbert, veuve de Nicolas Imbert, écuyer, sieur de Beaurepaire, et de Nicolas Imbert, écuyer, sieur de St Fleuru, leur fils, impétrant de commission d’anticipation d’appel du 9 mars 1726, contre Maaître Cornil Vantourout, exécuteur testamentaire de Catherine Beudier, veuve de Jacques Letten, joints à lui plusieurs héritiers de ladite Beudier, appelans de la sentence renduë par les échevins de Lille le 18 février 1726 & anticipez, par l’avocat Patou, 1726. (3.2626)
  2. Lettre d’Alexandre-Joseph-Victor Imbert de La Phalecque (1814-1875) à Henri-Joseph Imbert de La Phalecque (1776-1858), son père (rue Sainte-Catherine, Lille). Douai, 13 février 1858. (3.0227)

Bibliographie :

Amédée LE BOUCQ de TERNAS, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d’Artois, Marseille, Laffitte Reprints, 1976 (réimpression de l’édition de Douai, 1884), p.80-81, p.203, p.426.


Article révisé le 12/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.