un bon bulletin en mauvais état, 1825

Lettre de Ferdinand-Romain-Joseph Potteau d’Hancardrie (1810-1870) à son père, Louis-Joseph-Marie Potteau d’Hancardrie (1770-1833) (époux de Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858)) (au 49 rue de Bourbon à Paris). Saint-Acheul, 21 février  1825. Fonds Clouët des Pesruches, 43J100/4.

Mon cher papa,

Je vous fais mes excuses de ne vous avoir pas écrit plus tôt d’autant plus que je vois, en relisant votre lettre, que vous m’engagiez à vous réponse le plus tôt que je pourrais.

C’est bien sûr un peu de ma faute. Cependant, c’est aussi un peu la faute de ma mémoire. [Car ?], quelquefois, je pensais pendant les récréations que je vous devais une réponse. Alors je prenais la résolution de vous écrire l’étude prochaine. Mais arrivé en étude, je me mettais à faire mon devoir. Quand il était fini, je lisais et je ne pensais plus à vous écrire. Bref, ce n’est que l’oubli qui m’a empêché de vous écrire et non une indisposition. Car je me porte toujours très bien.

Je vous renvoie mon bulletin. Vous le trouverez en un assez mauvais état mais c’est un petit accident qui est arrivé ou plutôt une petite étourderie de ma part. Quant à moi, je vous le dis franchement, je l’ai trouvé bon.

J’ai reçu aujourd’hui une lettre de maman avec grand plaisir. Elle m’apprend la mort de mademoiselle d’Assignies. Et, ce qui me fait de la peine, elle me dit qu’elle craint que vous ne soyez obligé de rester à Paris plus longtemps que nous ne pensions, ce qui me priverait du plaisir de vous voir dans deux mois et demi au plus comme je l’espérais.

J’ai été le septième en vers et le troisième en diligence. Les vers me plaisent. J’aime à en faire. Je ne suis pas encor sorti des dix premiers dans cette faculté.

Il fait un temps superbe depuis quinze jours. Mercredi dernier, nous avons été promener comme c’est l’ordinaire et le soleil était si chaud que je suais sans bouger de place. Les jésuites viennent de faire l’acquisition d’une maison de campagne où nous irons jouer et je crois même que nous irons là en grande promenade. Je n’ai pas vu la maison ni les jardins mais on m’a dit que c’était beau, qu’il y avait un beau bois, un beau jardin, en un mot de quoi bien s’amuser. Je crois que ce n’est qu’à une lieue de Saint-Acheul.

J’espère que vous vous portez toujours bien. Je vous prie de faire de ma part mes compliments à Hippolyte. Se porte-t-il bien ? Arthur se porte bien, il vous présente ses respects. Le dessin ne me fatigue pas la vue. Je m’y amuse et je commence à faire des têtes, sans ombres bien entendu.

Vous n’avez pas compris ce que je vous disais par rapport aux papier et plumes. Je vous disais que ne pouvant me servir des plumes et du papier que l’on distribue toutes les semaines, je désirais avoir dix sols de plus par semaine pour acheter moi-même mon papier et mes plumes. À la boutique de Saint-Acheul, l’on en vend de plusieurs espèces et alors vous ne payerez plus sur le bulletin mon papier ni mes plumes puisque vous me donnerez de l’argent pour en acheter. Beaucoup font ainsi. Ce n’est pas pour le papier à lettre que je veux parler car j’en ai acheté toujours depuis que je suis à Saint-Acheul. C’est une bagatelle. C’est pour le papier qu’on nous donne qui est mauvais et les plumes qui sont trop dures pour moi. Je ne puis les tremper dans l’eau, je ne saurais où les mettre.

On donne dans ce moment-ci une mission à Amiens qui a commencé dimanche dernier et qui, à ce que je crois, finira à la mi-avril. Le Carême est commencé. Je fais maigre. Faites-vous maigre aussi tout le Carême ? Je crois que dans le diocèse de Paris on fait maigre comme dans celui d’Amiens. Hippolyte va-t-il toujours chez monsieur Lefebvre ? D’Hespel Alban est-il encore chez maître Auger ? La première communion se fait à Saint-Acheul le 25 du mois de mars. Waldemar m’a dit qu’il espérait la faire.

Je suis avec le plus profond respect votre cher fils.

Ferdinand d’Hancardrie.

Saint-Acheul, ce 21 février 1825.


Article révisé le 12/09/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.