succession de Jean-Baptiste Potteau, 1777

Quand j’ai entrepris au milieu des années 1990 l’inventaire des archives de Laprée, j’ai assez vite rapproché de cette source deux autres provenant originellement du ménage formé par Louis-Joseph-Marie Potteau (1770-1833) et Marie-Joséphine de Lencquesaing (1774-1858), la petite-fille du bâtisseur de Laprée, le grand bailli de Saint-Omer.

Le fonds Clouët des Pesruches tout d’abord, conservé aux archives départementales du Pas-de-Calais et ses dix-sept mètres linéaires patiemment investigués.

Quelques papiers ensuite, à priori résiduels, conservés à Aye (Belgique) avec quelques portraits de famille chez Thierry van de Walle de Ghelcke (1919-2004). L’ensemble lui venait des van Overbeke qui l’avaient reçu via les Godtschalck du dernier Potteau d’Hancardrie, Armand, mort à Lille en 1879. Il le mettait volontiers à la disposition de l’historien. Hélas, je n’ai pas saisi la balle à bond et n’ai pas trouvé le temps d’aller à Aye. Et le temps a passé… Monsieur van de Walle de Ghelcke (1919-2004) est depuis décédé ainsi que son épouse née Louise-Marie Morel de Boucle Saint-Denis (1925-2015). La disparition de ce ménage entraîne aujourd’hui hélas la dispersion, encore partielle ou peut-être totale des vieux papiers Potteau qu’il avait en sa possession.

Je garde en note cette description du lot 365 d’une vente aux enchères publiques du 20 juin 2017 chez Godts à Bruxelles : 

Procès verbal. Destination des biens de Messieurs et Demoiselles Potteau. Lille, 1777. Copie manuscrite d’un volumineux procès-verbal d’inventaire des biens fonciers de la succession de Jean-Baptiste Potteau (1694-1768), écuyer, seigneur d’Escamain, greffier de la gouvernance de Lille, anobli par l’achat d’une charge de conseiller-secrétaire du Roi, et de sa veuve Catherine-Françoise Fruict (1700-1777). L’inventaire, établi en avril 1777 par Desrevaux (arpenteur et expert juré des villes et châtellenie de Lille), qui s’est adjoint son confrère Lemesre, est passé devant notaire à Lille, le 29 décembre de la même année. Provenance : Thierry van de Walle de Ghelcke (mention manuscrite).

Le marteau des commissaires-priseurs démembre fatalement des fonds organiquement constitués pendant plusieurs siècles… Espérons que l’heureux adjudicataire de ce document consultera un jour cet article et acceptera de nous faire partager sa belle acquisition… 


Article révisé le 02/10/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.