thèse de Robert-Ignace de Lencquesaing, 1657

Papiers André de Lencquesaing (1893-1976). Présentation de la thèse en philosophie soutenue à Douai par Robert-Ignace de Lencquesaing (1638-1664) devant le R.P. Pierre Wautier, jésuite. Impression sur soie. La thèse n’est pas conservée aux archives, 1.0935.

Thèse en philosophie soutenue à Douai par Robert-Ignace de Lencquesaing (1638-1664) devant le R.P. Pierre Wautier, jésuite. Impression sur soie par l’imprimeur de Douai  Jean Serrurier (à l’enseigne La Salamandre, connu pour ses impressions soignées). H. : 114 cm ; L. 69 cm. Collection particulière, 1.2704.

Robert-Ignace de Lencquesaing (1638-1664) a étudié à Douai au collège d’Anchin, collège jesuite des Pays-Bas méridionaux, fondé en 1568 par l’abbaye bénédictine d’Anchin (connu comme Collegium aquicinctinum duaci). Il fut le plus grand collège de l’université de Douai. Après l’expulsion des jésuites (1764) le collège devint « lycée impérial » (1802). Les bâtiments sont occupés aujourd’hui par le lycée Albert-Châtelet.

Robert-Ignace de Lencquesaing a dédié à son père sa thèse en philosophie soutenue en 1657 devant le jésuite Pierre Wantier : « Nobili amplissimoque domino D. Joan Jacobo de Lencquesaing regiae catholicae maiestatae a consiliis eiusdem vectigalium per arthesiae comitatum quesotri generali ». Cette thèse a été imprimée sur soie par l’imprimeur douaisien Jean Serrurier (à l’enseigne La Salamandre). Elle mesure 114 x 69 cm.

En haut sont peintes les armes des Lencquesaing surmontées d’un casque de profil orné de ses lambrequins d’azur et d’or, ayant pour cimier une étoile d’or et soutenues par trois petits anges. Elles sont accompagnées de figures allégoriques dans un paysage classique. À droite, un jeune homme habillé à la romaine, le front ceint de lauriers et portant dans sa main droite une statuette de la victoire et dans sa main gauche une branche de lauriers, image du jeune homme sorti vainqueur de l’épreuve. Plus bas, des fleurs couronnent le visage d’une femme. À gauche, une femme drapée à l’antique tient un livre d’une main et une palme de l’autre. Plus bas, un fleuve prend les traits d’un homme barbu appuyé sur une urne d’où un flot s’écoule. De chaque côté de la thèse sont dessinés des médaillons entourés de petits anges et de motifs décoratifs : à droite, une pluie bienfaisante avec la légende « faecundant » et un paysage printanier avec la légende « laetificant » ; à gauche, un navire guidé par une étoile avec la légende « dirigunt » et un paysage verdoyant et fleuri avec la légende « ornant ». Dans le bas, se déploie un paysage de roches, de maisons et d’arbres, traversé par une rivière.

À partir des années 1625-1630, les étudiants en philosophie, théologie, droit ou médecine ornent souvent le placard de leur position de thèse d’une gravure faisant l’apologie du Roi, du ministre ou de l’ecclésiastique de haut rang à qui ils dédient leur travail. Les candidats fortunés s’adressent aux peintres et aux graveurs les plus célèbres. Tirages entre 100 et 2500 exemplaires selon l’importance que la famille de l’étudiant veut donner à sa soutenance.  Les impressions sur soie sont particulièrement rares.


Article révisé le 10/10/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.