le tabernacle de madame Maïoul

Lille : Eglise Sainte Marie Madeleine : Porte du tabernacle de la chapelle latérale droite

Cette porte de tabernacle d’une chapelle de l’église Sainte-Marie-Madeleine est sans doute la plus remarquable de toutes celles des églises de Lille. Elle a été donnée par madame Maïoul. Un nom familier au lecteur des archives de Laprée qui ont conservé les lettres adressées par Joseph-Guillaume-François Maïoul (?-1782) à son ami Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776), grand bailli de Saint-Omer…

Cette porte en argent, travaillée au repoussé et très bien ciselée, représente le serpent d’airain attaché à la croix et sauvant les Hébreux de la morsure des serpents. Moïse montre de la main le serpent qui est sur la croix. Les groupes des morts et des mourants, les arbres qui bordent la scène d’un côté, le désert immense de l’autre, tout est rendu avec une grande finesse. Cette œuvre d’orfèvrerie a été exécutée avant 1760, pour la somme de 1 663 florins, par François-Joseph Baudoux, l’auteur d’une remarquable châsse de la Madeleine, disparue à la Révolution.


Article révisé le 23/10/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.