Laprée

« C’étaient de ces chambres de province qui – de même qu’en certains pays des parties entières de l’air ou de la mer sont illuminées ou parfumées par des myriades de protozoaires que nous ne voyons pas – nous enchantent des mille odeurs qu’y dégagent les vertus, la sagesse, les habitudes, toute une vie secrète, invisible, surabondante et morale que l’atmosphère y tient en suspens ; odeurs naturelles encore, certes, et couleur du temps comme celles de la campagne voisine, mais déjà casanières, humaines et renfermées, gelée exquise, industrieuse et limpide de tous les fruits de l’année qui ont quitté le verger pour l’armoire ; saisonnières, mais mobilières et domestiques, corrigeant le piquant de la gelée blanche par la douceur du pain chaud, oisives et ponctuelles comme une horloge de village, flâneuses et rangées, insoucieuses et prévoyantes, lingères, matinales, dévotes, heureuses d’une paix qui n’apporte qu’un surcroît d’anxiété et d’un prosaïsme qui sert de grand réservoir à poésie à celui qui les traverse sans y avoir vécu. »

Marcel Proust (1871-1922), À la Recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann, 1913.

 

Laprée est le nom d’une ancienne seigneurie, sise en retrait de la voie romaine de Thérouanne à Cassel, à la sortie du village de Quiestède. C’est aujourd’hui un petit îlot de verdure isolé dans la nudité des labours.  Ce sont ici de grands arbres plus nombreux qu’ailleurs formant un grand parc autour d’un petit pavillon Louis XV, « un château de brique à coins de pierre », une fantaisie nervalienne qui a pris une tournure éclectique – les plus indulgents diront simplement flamande – au siècle suivant, faisant dire volontiers qu’il n’est pas beau dans les règles… À son abord immédiat le pigeonnier et derrière celui-ci, une maison de ferme et ses bâtiments d’exploitation formant carré, le tout au surplus très modeste.

La ferme de Laprée, partie dénommée Le Pavillon, vue depuis le potager. Karl-Michael Hoin, 2020.


La  terre de Laprée dépend sous l’Ancien Régime de la seigneurie de Quiestède. Elle appartient en 1425 à Jean de La Viéville dit Gauwain et passe ensuite à une date inconnue dans la famille Le Roy, versée dans le droit et bien considérée à Aire : Mathieu Le Roy, licencié en droit et avocat en la cour spirituelle de Thérouanne, la possède en 1505. Claude Le Roy, seigneur de Laprée, est anobli en 1605. La fortune très obérée que laisse a sa mort Eustache-François Le Roy oblige sa veuve et son fils à vendre les fief, terre et seigneurie de Laprée avec ses 80 mesures, les trois petits fiefs relevant d’elle, la maison seigneuriale et ses dépendances. Le tout est adjugé par le conseil d’Artois en septembre 1669 à Jean-Jacques II de Lencquesaing (1629-1683), parent des Le Roy et important créancier de ces derniers. En effet, en janvier 1663, Eustache-François Le Roy, échevin d’Aire, seigneur de Quiestède et de Laprée, lui avait acheté pour 7 000 florins la recette du domaine d’Aire et il n’avait qu’incomplètement payé cet office à sa mort. En 1680, Jean-Jacques II de Lencquesaing est encore sollicité par les Le Roy pour leur racheter la seigneurie de Quiestède qui entre finalement dans la maison de Fiennes. Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805) la rachètera plus tard avec une partie de l’argent de la dot de sa jeune épouse.

L’acquisition de la terre de Laprée et de son vieux château féodal fermé par des fossés et un pont-levis est alors fortement symbolique de l’état de son nouveau possesseur : en effet, Jean-Jacques II, receveur des aides d’Artois et mayeur d’Aire, vient d’être anobli par le roi d’Espagne Philippe IV (1661), en mémoire des services éminents rendus par son père au cours des sièges d’Aire de 1641. Il entreprend à Laprée des travaux d’importance, ce dont témoigne le cartouche avec le millésime 1676 remonté à la fin du XIXe siècle sur le bâtiment appelé « le pigeonnier ».

Les Lencquesaing continuent cependant de vivre à Aire et ne viennent que de temps à autre à Laprée, s’y réfugiant sans doute lors des sièges de leur ville en juillet 1676 et en septembre 1710. En 1684, le contrat de mariage de Georges-Louis Werbier, grand bailli d’Aire, et de Marie-Anne-Joseph (1664-<1705), fille de Jean-Jacques II de Lencquesaing (mort l’année précédente), y est signé pour marquer la solennité de l’événement, révélant l’importance du château en tant que symbole social. À la mort de François-Jean-Jacques de Lencquesaing (1670-1720), mayeur d’Aire – il a présenté au roi Louis XIV les plans de l’actuel hôtel de ville -, le château, abandonné à des fermiers, est dans un état qui demande une réaction prompte. Ses fondations s’enfoncent en effet dans la vase qui remonte des fossés…

Sommaire :

  1. Un choix résidentiel : de Saint-Omer à Laprée.
  2. Jean-Louis Chipart (1697-1760), l’architecte de Laprée, et une noria d’artisans.
  3. Laprée, un lieu de représentation.
  4. Tradition et sentiment de nature.
  5. Le salon de compagnie.
  6. La chapelle de Laprée.
  7. Les jardins de Laprée.
  8. Laprée au lendemain de la Révolution

Karl-Michael Hoin, 2020.


Page révisée le 16/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.