Les Lencquesaing et Aire en Artois

L’histoire de la famille de Lencquesaing est liée à celle d’Aire dès le début du XVIIe siècle quand Jean-Jacques I de Lencquesaing (1601-1662), originaire de Mons en Hainaut, s’y installe pour recevoir les deniers relevant du domaine du roi au quartier d’Aire. Il a sans doute reçu cette charge par l’entregent de son père Jehan, lui-même bailli et receveur du roi à Baudour en Hainaut et frotté aux puissants pour avoir été dans sa jeunesse receveur général des biens d’un Croÿ, le marquis d’Havré.

Jean-Jacques I de Lencquesaing épouse en 1627 à Aire une demoiselle de condition, Marie Marche, fille d’un receveur et petite-fille d’un mayeur d’Aire. Il devient en 1641 conseiller et receveur des aides d’Artois, impôt indirect perçu sur des biens de consommation, ancêtre de notre droit d’accise. Cette année-là, il participe activement à la défense d’Aire contre les Français en apportant efficacement les fonds nécessaires.

Son fils Jean-Jacques II (1629-1683) suit le même parcours dans la recette des domaines puis des aides. Mayeur à la fin de sa vie, il est ainsi engagé dans la conduite des affaires municipales, ce qui implique une présence marquée à Aire et l’entretien d’une influence. C’est à ce titre qu’il accompagne l’évêque d’Ypres pour la pose de la première pierre de l’église Saint-Jacques en 1682. Mais, surtout, il assure la continuité de l’ascension familiale par la recherche de l’anoblissement qu’il obtient du roi d’Espagne Philippe IV en 1661 en faisant état des services que son père avait rendus à la Couronne lors des deux sièges d’Aire de 1641. Il conçoit ensuite le mode de vie qui convient à son nouvel état. Il adopte ainsi la double résidence urbaine et rurale en faisant l’acquisition en 1669 dans la campagne d’Aire d’une seigneurie flanquée d’une maison-forte, cette terre de Laprée à Quiestède où les siens sont toujours. Il convertit également un patrimoine largement urbain et mobilier en patrimoine agricole et immobilier.

Après une carrière militaire qui lui a fait parcourir les champs de bataille de l’Europe de Louis XIV, son fils François-Jean-Jacques (1670-1720) est mayeur d’Aire en 1703-1705 puis en 1715-1716 après le retour de la ville à la France. Chef de la cité, tenant les rênes de l’administration et représentant l’universalité des habitants dans tous les actes intéressant la communauté, c’est lui qui fait approuver par Louis XIV les plans de  reconstruction de l’actuel hôtel de ville.

Ces premières générations airoises de Lencquesaing ont été animées d’une ambition mesurée mais assurée par l’éminence de leurs fonctions qui sont à la fois une dignité (puisque participation au pouvoir royal) et une fonction publique (puisque service du roi). Ils sont parfaitement en vue dans l’espace de la ville : les Lencquesaing ont un banc à l’église, sont en tête dans les processions et les cérémonies publiques et lors du vote aux élections échevinales. Ils s’allient le plus souvent à des familles bien installées, ayant déjà la main sur l’administration de la cité, rompues comme eux au maniement des finances publiques ou à l’exercice de la justice. Ce milieu de « hauts fonctionnaires » est en outre frotté de près à la noblesse, s’agglomère à elle en jouant de sa solidarité et de son influence locale. Épris d’ordre et de stabilité, sa gestion est toujours précise, souvent tatillonne et procédurière. Il connait très bien les terres chargées de dettes, leurs propriétaires en difficulté et, en capacité de mobiliser des capitaux, a souvent l’occasion de faire d’excellentes affaires sur le long terme.

La roue tourne néanmoins à la fin du siècle. Fragilisées par le siège d’Aire de 1676 qui a ravagé les terres alentours, les successions de Jean-Jacques II puis de son épouse Marie-Anne Durietz (1644-1711) se déroulent sous haute tension entre leurs héritiers, les garçons ayant été privilégiés au détriment des filles renvoyées à leur dot, disposition qui provoque des déchirements familiaux et de longues tracasseries judiciaires.

Au XVIIIe siècle, si la branche aînée se fixe à Saint-Omer puis au château de Laprée, la branche cadette ne quitte pas Aire. Son auteur, Charles-Ignace-Joseph de Lencquesaing (1677-1732), plus ancien major des cinq brigades de carabiniers à sa mort, est pour les siens un modèle d’engagement militaire au service du roi que veut imiter notamment son fils aîné, Charles-Louis-François (1709-1787), capitaine au régiment de Royal-Wallon Infanterie, retiré du service peu avant la paix de 1748. De retour à Aire, il s’adonne aux affaires de la cité et fait construire en 1766 l’hôtel particulier de style rocaille du 31 de la rue de Saint-Omer, face à la chapelle des Jésuites.

La ville, étriquée dans des fortifications devenues inutiles, entame à partir de la Restauration son lent déclassement. Sa bourgeoisie vit étroitement de ses ressources. Ce qui reste de sa noblesse boude. Les salons de son ancienne société où recuit le même fonds commun d’anecdotes de gens qui n’ont rien oublié et rien appris s’éteignent peu à peu… Les enfants Lencquesaing conserveront l’hôtel jusqu’à l’époque de la mort (1826) de leur mère, née Lencquesaing (de la branche aînée, fille du grand bailli de Saint-Omer et châtelain de Laprée). Sa vente marque alors la fin de deux siècles d’installation familiale à Aire, d’implication forte et continue dans la vie publique locale.

Karl-Michael Hoin, 2019.

Sommaire :

  1. Aire au milieu du XVIe siècle.
  2. Dans les archives de Laprée, un document exceptionnel : le registre des « maisons et communautés contenues dans l’enclos de la ville d’Aire. »
  3. Rincq.
  4. Saint-Quentin-lez-Aire.
  5. Canal d’Aire à La Bassée.

Page révisée le 05/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.