Premier(s) Lencquesaing

 « Car tout fils tient de son père tout ce qu’il est, et il ne peut cesser d’être son fils. »

Saint Augustin (354-430), De la Trinité, 400-416.

 

Lanquesaint. Vue prise probablement du nord-est, début XVIIe siècle. Le site marécageux de Lanquesaint est morcelé en diverses seigneuries appartenant aux abbayes de Saint-Ghislain, de Liessies et d’Anchin, mais surtout au chapitre Notre-Dame de Cambrai et au comte de Hainaut. En 1560-1561, on dénombre 59 foyers dans le village. Derrière un talus garni d’arbrisseaux et de jeunes pousses, un berger fait paître une quinzaine de moutons à l’entrée du village. Les chaumières se répartissent autour d’une place sur laquelle l’église Saint-Martin a été bâtie. Son aspect est traditionnel. Une nef et un chœur plus bas sont couverts par une toiture d’ardoise en bâtière. La flèche élancée domine une façade large qui couvre les trois nefs. Si on n’y voit pas le portail, on distingue une petite baie qui éclaire la nef centrale ou l’étage du clocher. À l’arrière-plan, sur la gauche, le bois de Beaumont s’étire de l’autre côté de la Dendre orientale avec un moulin non identifié tandis que dans le creux de la vallée, sur la droite, la ville d’Ath se niche au confluent des Dendre, laissant apparaître le clocher de l’église Saint-Julien et la tour de Burbant. L’église de Maffle est peut-être entrevue sur la gauche. (Jean-Marie DUVOSQUEL (dir.), Albums de Croÿ, tome VIII, comté de Hainaut V, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1989, impr. 1990, 331 p., planche 22.)

 

La famille de Jehan de Lencquesaing, l’ancêtre fondateur, est originaire assurément du Hainaut, tirant son nom de la terre de Lanquesaint bien qu’elle ne l’ait jamais possédée. Celle-ci est toute proche de la petite ville d’Ath, dans l’actuelle Belgique, à quarante kilomètres au nord de Mons et à soixante-dix kilomètres de Solre-le-Château. Le nom tant en flamand qu’en langue romane renvoie à l’assèchement du lieu dans le sillage de cet ample mouvement de conquête de terres nouvelles que les progrès agricoles des XIe-XIIe siècles ont permis et que la pression démographique rendait salutaire. Le nom est bien ancré dans le Hainaut rural qui pourvoit les villes du Hainaut, de Flandre, de Hollande et du Brabant en grains, en viande, en lin et laine, en fromages et en produits tinctoriaux.

À l’époque où s’établissent les noms de famille, des pièces de 1235 et 1249 dans le cartulaire de l’abbaye de Ghislenghien mentionnent un Rainier de Lenghesain, personnage local suffisamment important pour être témoin de l’affranchissement de serfs et que les Lencquesaing d’aujourd’hui reconnaîtraient instinctivement comme l’un des leurs :

« Huic autem collationi interfuerunt Petrus dominus de Thorincort, Gerardus de Mainwaut, Nicholaus de Arbera, milites, Rennerus de Lenghesain, Willelmus de Brania, et Willelmus Naiars de Ath » (1235)

« là ù me sires Hues les afranki et les douna à la maison de Gillenghien si com il est devant dit, Williaumes de Brainne, Juliens, mesires Hues d’Arbre, com hom, mesires Hues de Rumigny, Reniers de Lengensain, maistre Rohars, Williaumes Naiars et Cornus des Ablams i furent. » (1249)

Ce prénom Rainier est sûrement l’indice d’une proximité par le lien féodal de la dynastie lotharingienne des Régnier de Mons et de Louvain des Xe et XIe siècles, ancêtres des ducs de Brabant et des comtes du Hainaut.

En avril 1403, un Jehan de Lenghesain, demeurant à Œudeghien – au nord-ouest d’Ath –, vend à Jehan Séjournet une terre à Maffle qu’il a de sa femme, Marguerite de Skienebroucq. Les familles Séjournet et Lencquesaing se fréquenteront dans l’entre-deux-guerres du siècle dernier en ignorant sûrement l’ancienneté de leurs relations. L’origine des Séjournet est modeste : ils sont « sainteurs », c’est-à-dire serfs d’église, dans la région d’Ath à la fin du XIIIe siècle. Au siècle suivant, ils portent tête haute. Comme chez les Lencquesaing, un ancêtre autoproclamé de la lignée apparaît. C’est un riche notable, bien possessionné dans des seigneuries proches d’Ath dont il devient échevin. Sa fortune, sans cesse accrue, se compose de terres, de cens, de rentes foncières, de fiefs même et l’importante seigneurie de Bétissart achetée vers 1411. Le grand médiéviste Édouard Perroy, dressant le compte-rendu de l’œuvre de Léo Verriest le présente ainsi : « C’est le type de parvenu qui, sans sortir de sa condition bourgeoise, ni cesser de pratiquer le prêt à intérêt, étale sa richesse par de somptueuses fondations pieuses et s’installe dans le monde bien nanti des officiers. D’où venait cette fortune toute fraîche ? Négoce, office public, exploitation de carrières, affermage de domaines seigneuriaux ? On n’en sait trop rien. » Autre point commun avec les Lencquesaing : les Séjournet ont également leur manuscrit d’histoire généalogique, produit de notes successivement accumulées par plusieurs générations, depuis le XVe siècle jusqu’au début du XVIIIe  siècle.

Vers 1444, messire Grégoire de Lencquesaing – « messire » est une dénomination honorifique décernée oralement ou dans les actes aux personnes de qualité – est curé de la paroisse de Nimy, au nord de Mons. Plus proches de Jehan de Lencquesaing sont des notables et hommes de fief du comté de Hainaut : Arnauld de Lencquesaing (cité en 1508 et en 1511), Arnould – qui se confond peut-être avec le précédent – et Rémy de Lencquesaing, tous deux habitants de Solre-le-Château (cités en 1544 et 1545). Arnould était clerc, c’est-à-dire qu’il était tonsuré parce que destiné à porter le bonnet rond, à servir l’Église donc et à vivre un jour d’une prébende ou d’un bénéfice. Il est également cité avec Rémy parmi les hommes de fief, c’est-à-dire les seigneurs roturiers ou nobles, à Clairfayts et Épinoy dans les titres de l’abbaye de Liessies, très proche de Solre-le-Château. Dans un acte de vente d’héritages de 1502, Jacquemart de Lencquesaing est cité comme échevin de la seigneurie d’Aymeries, à vingt kilomètres de Solre-le-Château : nommé par le seigneur – entre 1497 et 1528, il s’agissait de Louis Rolin, maréchal et grand veneur héréditaire de Hainaut, petit-fils du fameux chancelier de Philippe le Bon –, il rendait la justice sur ses terres. Les archives paroissiales de Solre-le-Château ont longtemps conservé un acte de vente sur parchemin de 1534, signé du greffier Lencquesaing, ainsi qu’un acte de 1535 mentionnant l’échevin Michel de Lencquesaing. Gilles de Lencquesaing est mentionné en 1524 comme homme de fief du comté du Hainaut et de la cour de Mons. À la fin du Moyen-Âge, vivait à Mons Phoryen de Lencquesaing, propriétaire d’une maison non loin de la rivière Trouille, jouxtant un hôtel de Bavière devenu en 1562 l’hospice des orphelins.

Pleurons le désastre de la guerre qu’a été la destruction, en mai 1940, de la quasi-totalité des archives de l’État à Mons dont l’investigation patiente aurait sûrement permis de retrouver des traces de bien d’autres Lencquesaing : tant dans son fonds du conseil souverain du Hainaut – (dans les registres aux plaids, remontant au XIVe siècle, ou dans les milliers de « sacs » de procès), dans son fonds de la cour allodiale du Hainaut, dans ses fonds ecclésiastiques et, surtout, dans les kilomètres linéaires des greffes échevinaux des villes et villages, des archives des justices seigneuriales, fonds infiniment précieux pour l’histoire des familles… Sans la contingence de la Seconde Guerre mondiale, le commencement eût été changé… Jehan de Lencquesaing, l’ancêtre fondateur, ne serait plus perçu comme la quintessence de la famille, séparé du reste des hommes de son temps par un gouffre béant… Ces quelques noms pour un instant seulement exhumés de la primitivité et dont la relation avec lui est définitivement imprécise permettent de confirmer une évidence : le premier homme avait bel et bien un père et une mère. Ces Lencquesaing archaïques sont notre horizon, celui où débute l’histoire, un irréductible passé, gisant dans leur descendance comme reste mnémonique, une roche-mère sous de la sédimentation anthropologique.

Karl-Michael Hoin, 2021.


Page révisée le 22/07/2021. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.