Fonds André de Lencquesaing

Les vieux papiers des vieux châteaux ont longtemps laissé indifférentes leurs familles. Sans doute parce qu’on n’est guère tenté de regarder par-devers soi tant que l’horizon est dégagé… Regroupés en fardes (liasses), relégués dans des sacs de jute et de grandes malles de voyage dans le grenier du château, ceux de Laprée n’ont été redécouverts qu’après la Grande Guerre par l’oncle André de Lencquesaing (1893-1976).

Célibataire, nourri d’histoire et de bonnes lettres, il a consacré à leur classement sommaire son « otium », ce loisir fécond, studieux, ce temps que l’on consacre à s’améliorer soi-même, à progresser pour accéder à une cohérence et à une compréhension du monde plus grandes. Il range à part les pièces les plus patrimoniales à ses yeux, écrit le livre généalogique des Lencquesaing, fait des reproductions gouachées d’armoiries de familles apparentées et établit des généalogies… Non mobilisé, il a été, depuis l’arrière, le triste spectateur de l’hécatombe frappant les jeunes hommes de son monde, à commencer par son frère aîné, le malheureux Jacques (1883-1914), fauché dès l’été 1914 par un obus sur la plaine de Bétheny près de Reims. Témoin de la destruction irréversible du monde ancien et d’un déclin du pays que viendra confirmer la débâcle de 1940, il a sans doute constaté avec lucidité que la vie des siens d’avant 1914 était passée sans retour. Il s’adonnera alors, plus ou moins consciemment, à un divertissement proprement pascalien: celui de fixer à l’infini sur le papier son groupe social profondément ébranlé.

Karl-Michael Hoin, 2020.

 

Sommaire :

Inventaire des papiers de recherche d’André de Lencquesaing (1893-1976)

Inventaire de la collection de faire-part de décès. (noblesse française, premier tiers du XXe siècle essentiellement)

Inventaire de la collection de souvenirs pieux 

 

Pour approfondir :

Benoît de L’ESTOILE, « Le goût du passé. Érudition locale et appropriation du territoire », Terrain, n° 37, pp. 123-138.

 


Page révisée le 01/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.