Quiestède

« Les gens nous aimaient. On dira qu’ils ne comprenaient pas, que la religion les abrutissait, qu’ils n’avaient pas accédé à la pleine conscience d’eux-mêmes. Je ne suis pas ici pour discuter. Je suis ici pour raconter. Je dis : les gens nous aimaient. Je ne sais pas s’ils aimaient les Condé, les Richelieu, les La Rochefoucauld, les Talleyrand-Périgord. Je dis que, nous, ils nous aimaient. […] Les gens nous aimaient pour une raison très simple. C’est que nous les aimions. Oui, nous les aimions. Et je ne vous permets pas de rire quand je ne fais rien d’autre que de dire la vérité. Nous n’étions pas socialistes et nous n’étions pas démocrates. Et nous détestions le socialisme et nous détestions la démocratie. Seulement nous étions chrétiens. Catholiques romains surtout, mais, enfin, aussi chrétiens. Et nous aimions notre prochain. L’idée de prochain ne s’étendait pas encore très loin au-delà des limites du château et de nos terres. »

Jean d’Ormesson (1925-2017), Au Plaisir de Dieu, 1974.

 

Dans le spectacle cartographique de l’Ancien Régime que chorégraphient en 1730 les Masse père et fils dans leur Carte particulière du Quarré I de la Générale des frontières de Flandre[1], figure la petite paroisse de Quiestède. On l’appelle Quiestède-le-Petit (une centaine d’hectares). Elle est coupée des hameaux de Quiestède-le-Grand (marais de Quiestède) et de Cochendal (représentant ensemble un peu moins de 200 hectares) par la voie romaine conduisant de Thérouanne à Cassel. Le chemin qui relie le village-rue et Quiestède-le-Grand vient former un X en croisant la voie romaine. À proximité de ce carrefour se dresse une petite chapelle dédiée à Notre-Dame de Bonne Fin invoquée dans le pays de Saint-Omer pour se préparer à une bonne mort car si venir au monde est difficile sous l’Ancien Régime, y rester l’est plus encore et les hommes de ce temps essaient de composer avec elle autant qu’il est possible.. Les naissances sont nombreuses dans le village, les morts également, bien plus que de nos jours.

La connaissance de la démographie de Quiestède peut s’établir avec précision à partir de 1738[2]. Sous Louis XVI le village compte environ 250 habitants qui se connaissent tous, bêtes et gens. Plus de quatre Français sur cinq vivent au village sous l’Ancien Régime et chaque paroisse est un petit monde. La silhouette entrevue sur un chemin et que l’on ne connaît point fait ainsi l’objet de recherches bien conduites pour la relier avec un habitant du village.

La population se maintient autour de 300 habitants dans la première moitié du XIXe siècle, 400 dans sa seconde moitié. L’exode rural fait décroître régulièrement sa population à partir des années 1920 jusqu’à atteindre un point bas en 1975 sous 300 habitants. La périurbanisation soutient ensuite sa reconquête démographique au détriment de son identité agricole, la commune comptant aujourd’hui autour de 600 habitants.


L’état de la connaissance de ce qui s’est passé ici avant les trois siècles que couvre l’Ancien Régime est si friable qu’il relève presque de la protohistoire. Retenons juste que ce village est désigné dans le cartulaire de Saint-Bertin sous le nom de Kessiacum, qu’en 827, Gontbert fait une donation importante à l’abbaye comprenant des biens situés à Quiestède et qu’une famille éponyme en est seigneur au XIIIe siècle[3]. La seigneurie est dans la famille de Guizelin au début du XVe siècle et demeure dans celle-ci au moins jusqu’au milieu du XVIe siècle[4].

Le village est pendant longtemps reclus, préservé de l’immensité, dans un paysage laissant la meilleure part au ciel, celui de Dieu ou de l’astronome. La partie septentrionale de Quiestède relève du bailliage de Saint-Omer (« Petit Quiestède ») et sa partie méridionale relève du bailliage d’Aire (« Grand Quiestède »). Son finage est composé aux trois-quarts de terres labourables, le reste de constructions, de prés, de pâtures, de bois (le bois de Coqualle qu’un ermitage Saint-Antoine consacre de sa présence) et de mauvaise prairie (bruyères et marais sur la route d’Ecques). Voilà une belle occasion de dire que la biodiversité a ici longtemps existé  . Seule la moitié des terres arables est assolée : un tiers ensemencé annuellement en grains d’hiver (blé, scorion, seigle), un tiers en « mars » (fèves, colza, avoine), un tiers en jachère. On ne dénombre dans la paroisse aucun mouton, quatre chevaux, une seule charrue, chiffres dérisoires témoignant d’une agriculture de subsistance. La misère est en effet très grande et pousse les habitants de Quiestède Le Grand et de Quiestède Le Petit à s’affronter sur la question de la vaine pâture dans les champs et surtout au marais, interdit aux bêtes du Petit-Quiestède.

Il faut imaginer des masures au toit de chaume et au sol en terre battue, environnées de leur petit potager de subsistance, organisé en planches, auquel les familles paysannes accordent grand soin avec un outillage inchangé depuis le Moyen Âge (cordeau, fourche, arrosoir, brouette, serpe…). « Plantes qui grainent se sèment en croissant / Plantes qui racinent se sèment en défaillant » : les semis se font en fonction des phases de la lune : la nouvelle fait croître en hauteur, la vieille convient à la vie souterraine. Des pois, des fèves, des choux, des haricots, des « herbes » et des oignons, des asperges et des artichauts sont cultivés dans ces jardins aux XVIIe et XVIIIe siècles, espaces stratégiques de la sécurité alimentaire. Au-delà des jardins s’étend la trame des champs cultivés dans le cadre de toutes petites exploitations, à l’exception de celles de rares laboureurs-coqs de village et surtout de celle de la grande ferme châtelaine de Laprée. Le regard ricoche alors sur des murs fermés, presque défensifs.

Dddd
Clocher-tour de l’église de Quiestède et son porche. « Son vieux porche par lequel nous entrions, noir, grêlé comme une écumoire, était dévié et profondément creusé aux angles (de même que le bénitier où il nous conduisait) comme si le doux effleurement des mantes des paysannes entrant à l’église et de leurs doigts timides prenant de l’eau bénite, pouvait, répété pendant des siècles, acquérir une force destructive, infléchir la pierre et l’entailler de sillons… » (Marcel Proust (1871-1922), À la Recherche du temps perdu. I. Du côté de chez Swann, 1913.)

 

De ce passé demeure un patrimoine – du latin « patrimonium », héritage du père -, si habituel à nos yeux que nous ne lui accordons plus d’attention. Il y a pourtant une histoire à écouter dans le silence : celles d’un mur de briques qu’un enrobage de chaux est venu arrondir, d’une ferme semblant se suffire à elle-même, d’un rideau de peupliers qui retient l’ombre,  de l’embrasure d’un seuil ou encore de l’éclat du soleil sur une rangée de tuiles après l’averse… Ici, l’habitat ancien, ou plutôt ce qu’il en reste, n’est pas profondément caractérisé. Ses quelques traits en commun – le carré d’une cour, l’emploi de la brique et de la tuile, l’usage parcimonieux de la couleur – ne feraient sans doute pas le bonheur d’un guide. Mais il n’est pas question pour autant de passer notre chemin. Cet habitat s’est accompli longuement et seule une date apposée sur un pignon ou inscrite sur le toit distinguent des bâtiments érigés à des époques différentes.

L’église Notre-Dame date du XVIe siècle mais sa physionomie d’Ancien Régime est perdue. Rendue au culte après le Concordat, chapelle de la paroisse de Roquetoire entre 1818 et 1857, elle a été très fortement reprise au XIXe siècle et ses verrières, soufflées par un bombardement au cours de la Seconde Guerre mondiale, ont été remplacées par une création de Max Ingrand. Elle a cependant gardé quelques plaques et quelques dalles funéraires qui forment une sorte de pavage spirituel : celles en pierre bleue sur la poussière de ses curés Jehan de Grigny (fin XVe siècle) et Jean-Baptiste Hanon (v.1667-1738), des coqs de village Collart[5], de l’épouse de Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1748) et de leur fils Louis-Jean-Jacques, mort à sept ans de la petite vérole (1749). Le cimetière se serre autour de cette petite église qui, quoique changée, résume et représente toujours Quiestède comme aux siècles passés. On remarquera sur sa muraille une pierre tombale dont l’inscription est en cours d’effacement sous les nervures violettes du marbre blanc : celle d’un directeur de l’institution Saint-Joseph d’Arras, Jules Delohen (Quiestède, 1872-Barlin, 1913), enfant du pays, ordonné prêtre en 1898.

Pierre tombale de Jules Delohen (Quiestède, 1872-Barlin, 1913), ordonné prêtre en 1898, licencié ès-sciences, directeur à l’Institution Saint-Joseph d’Arras.

Karl-Michael Hoin, 2020.

Sommaire :

  1. Église de Quiestède.
  2. Curés de Quiestède.
  3. Ensemencer et récolter sur le terroir de Quiestède.
  4. Marquage des bêtes à cornes à Quiestède (1773).
  5. Le finage de Quiestède sous la Restauration.
  6. Planteurs de tabac à Quiestède (milieu XIXe siècle).

Notes : 

[1]. –  Carte particulière du Quarré I de la Générale des frontières de Flandre, elle contient partie ou Comté d’Artois, et partie de la Flandre Flaminguante Françoise, les environs de St Omer du costé du Sud… / par les Srs Masse Pere et fils, 1730. BNF, département Cartes et plans, GE DD-2987 (1513 B).

[2]. – Registres paroissiaux de Quiestède aux AD Pas-de-Calais.

[3]. – En mai 1241, Mathilde, fille de Guillaume IV de Saint-Omer et d’Ide d’Avesnes, donne à sa nièce Béatrix et au mari de celle-ci, Arnoul de Quiestède, seigneur de Beaumanoir, douze mesures de terre. Arnoul et Béatrix eurent au moins une fille qui fut mariée au seigneur d’Estrées. Arthur GIRY, « Les châtelains de Saint-Omer (1042-1386) (deuxième article) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1875, tome 36, pp. 91-117 (pages 99 et 105). (consulter)

[4]. – Wautier de Guizelin est dit en 1427 seigneur de Quiestède. Adrienne de Guizelin, dame d’Enquin (près de Fauquembergues), épouse de Jean Dauchel, est dite en 1556 fille de Jehan, seigneur de Quiestède et d’Enquin, et de Françoise de Fléchin. Justin DESCHAMPS DE PAS (1861-1937), Notes pour servir à la statistique féodale dans l’étendue de l’ancien bailliage et de l’arrondissement actuel de Saint-Omer, tome premier A-M, Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, tome 33 (1921-1924), Saint-Omer, 1924.  

[5]. – Jacques Collart, bailli de Quiestède et prévôt de Roquetoire, et sa femme ; François-Joseph Collart.

Bibliographie : 

Florent QUELLIER, « Le jardin fruitier-potager, lieu d’élection de la sécurité alimentaire à l’époque moderne », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2004/3 (no51-3), pp. 66-78.


Page révisée le 03/10/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.