Rond

Plan illustré devant servir à un traité entre le chapitre de la cathédrale de Saint-Omer, Dominique-Jean-Jacques de Lencquesaing (1706-1776) et le comte de Lannoy en vue du redressement d’une partie de la rivière qui coule du village d’Ecques au Pont-à-Ham, v.1743. Détail du château de Rond, construit sur l’Écheu. Au premier plan, probablement la rivière qui descend du moulin de Rond au Pont-à-Ham. Archives de Laprée, Quiestède, 3.2697.
Ferme de Rond, octobre 2020. Ce qui demeure du Rond d’Ancien Régime est désormais caché.

 

Rond ou Le Rond est le nom d’une motte féodale, d’un château et aussi celui d’un hameau sis à Ecques, village voisin de Laprée. Quand en octobre 1771 le fief vicomtier de Rond est acquis pour 10 300 livres par Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1734-1805) – avec l’aide de la dot de sa jeune épouse -, le vieux château semble loué depuis longtemps à des fermiers. Le vendeur, le comte de Lannoy, réside ordinairement à Anappes, dans la campagne lilloise (aujourd’hui Villeneuve-d’Ascq), et ne s’y intéresse guère hormis pour le loyer qu’il rapporte. Le ménage Lencquesaing-Aronio fait également en même temps l’acquisition des biens-fonds tenus en fief du fief vicomtier de Rond pour 22 400 livres.

Le fief de Rond est possédé au Moyen Âge par Guillaume de Rond (1236) puis Mahieu de Rond (1281), Pierre de Norrem (Norrent ?) dit Boulet (1375), Jacques de La Rue au XVe siècle. ll est dans la famille d’Osthove au XVIe siècle. Adrienne d’Ostove, épouse de Georges de Nédonchel (baron de Bouvigny, sieur de La Vicogne, de Drouvin), enterrée en 1584 au milieu du chœur des Chartreux de Gosnay, est dite demoiselle de Rond, Wardrecques, Pont-à-Ham, Lannoy[1]…  Début XVIIe siècle (1628), Rond est à Marc du Maire ou Le Maire, également seigneur de Wardrecques. Au XVIIIe siècle, il est à François de Fiennes (1718) puis au comte de Lannoy par son épouse (1760), enfin à Louis-Dominique-Eustache de Lencquesaing (1771-1789).

En 1775, la ferme de Rond comprend 121 mesures de terre, complétées en 1783 de huit autres mesures.

Karl-Michael Hoin, 2020.

Sommaire :

  1. Une inondation à la ferme de Rond (15 octobre 1744).

Note :

[1]. Sa dépouille voisine avec celle du considérable Thierry d’Hirson (v.1270-1328), prévôt d’Aire, fondateur en 1320 de la chartreuse du Val-Saint-Esprit et l’un des principaux protagonistes de la suite romanesque Les Rois maudits, de Maurice Druon. Elle voisine également avec le monument alors vide d’Isabelle de Portugal (1397-1471), veuve de Philippe le Bon duc de Bourgogne et mère de Charles le Téméraire, décédée à Aire. Recueil d’épitaphes, formé par Pierre Clairambault, en partie avec des débris du cabinet de Gaignières. XXIII « Recueil d’épitaphes, par Dom Estienne Le Pez, religieux de St-Vaast d’Arras. » Épitaphes de l’Artois et de la Flandre. — Épitaphes diverses, parmi lesquelles (p. 716) : « Épitaphes qui sont dans l’église des R. P. Augustins déchaussés, près de la place des Victoires, à Paris. 1730 », BNF, ms. fr. 8238, f°137.

Sources :

Archives de Laprée.

Bibliographie :

Justin DESCHAMPS DE PAS (1861-1937), Notes pour servir à la statistique féodale dans l’étendue de l’ancien bailliage et de l’arrondissement actuel de Saint-Omer, tome second N-Z / Supplément et Tables, Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, tome 34 (1925-1926), Saint-Omer, 1926, pp. 682-684.


Page révisée le 13/09/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.