Une terre

Une terre, un nom de pays…

« Peut-être l’immobilité des choses autour de nous leur est-elle imposée par notre certitude que ce sont elles et non pas d’autres, par l’immobilité de notre pensée en face d’elles. Toujours est-il que, quand je me réveillais ainsi, mon esprit s’agitant pour chercher, sans y réussir, à savoir où j’étais, tout tournait autour de moi dans l’obscurité, les choses, les pays, les années. »

Marcel Proust (1871-1922), À la Recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann, 1913.

« Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux, de voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d’eux voit, que chacun d’eux est. »

Marcel Proust (1871-1922), À la Recherche du temps perdu. La Prisonnière, 1923.

 

La terre d’Avant Laprée est le Nord de la France, entendu au sens large, composé de plusieurs anciennes provinces et « pays » dont le destin a été parfois séparé au cours de l’Histoire : Flandre, Artois, Boulonnais, Cambrésis, Hainaut… Des incursions jusqu’aux confins de la Picardie et en Belgique ne sont pas non plus à exclure dans cette lecture des archives de Laprée qui délivre l’envie de battre la campagne et de retrouver le temps.

L’enracinement, c’est-à-dire la superposition de la famille et du lieu, est la condition de la qualité. L’arbre généalogique ne pousse pas en archives ou dans un cabinet de travail mais en pleine terre, ce qui fait à Spengler dans son fameux Déclin de l’Occident (1923) : « La noblesse est une paysannerie supérieure.Nobles et paysans sont tout végétal et tout instinct, profondément enracinés au sol natal ; ils croissent dans l’arbre généalogique où ils disciplinent et se disciplinent[1]. »

Chaque monument dit la terre qui l’a vu naître : de la pierre volcanique du Velay qui compose la Forteresse de Saint-Vidal aux toitures typiquement provençales du Château de La Barben, c’est toute une géographie qui repose dans notre patrimoine.
Cette géographie française, infiniment variée, qui a déterminé la vie de nos ancêtres depuis des siècles et à laquelle les Français sont tant attachés.

Les caractères originaux de cette terre

Quels sont les caractères originaux de cette terre ? Ni la nature, ni l’Histoire, ni des frontières restées longtemps mouvantes ne lui offrent d’unité. Il faut chercher ailleurs sa vérité… 

Une terre de passages, une terre d’échanges, une terre d’invasions, une frontière…Pendant deux millénaires, contacts, échanges et conflits ont eu lieu sur cette terre entre les héritiers de la germanité et ceux de la romanité. Les ravages des guerres l’ont constamment marquée.

Une civilisation rurale… Le Nord a toujours utilisé des techniques de pointe pour nourrir de très fortes populations, le dynamisme démographique étant une constante de son histoire. Ses communautés rurales acquièrent leur personnalité juridique à la fin du XIIe siècle. C’est alors que les paroisses se définissent.

Une urbanisation précoce, puissante et originaleUn remarquable essor urbain suit les migrations des ruraux dès le XIe siècle. L’activité textile et le commerce se développent alors, des guildes se créent, des foires s’établissent. Les libertés communales sont acquises, sans violence (à l’exception de Cambrai), faisant émerger un patriciat puissant. La prépondérance d’Arras faiblit au XIIIe siècle tandis que le Nord de la Flandre amorce de forts développements dès la fin du XIIe siècle.

Dans l’État bourguignon puis Habsbourg…

Le XIVe siècle connaît de graves crises démographiques (peste) et économiques (marasme agricole, crise de la grande draperie). Le ressaut vital ne reprend qu’au XVe siècle.

Le regroupement bourguignon puis le pouvoir espagnol (Charles Quint, son fils Philippe II) sont des périodes contrastées, de splendeurs princières et de malheurs populaires. Guerres et invasions fréquentes créent une insécurité permanente, malgré des répits, jusqu’à l’ « âge d’or » des Archiducs (Albert et Isabelle) durant le premier tiers du XVIIe siècle, avant la reprise des hostilités contre la France. Les centres de gravité économiques se déplacent à cette époque de Gand à Anvers (qui culmine au milieu du XVIe siècle) puis plus loin vers le nord.

Terre d’hérésies multiples à la fin du Moyen-Âge, les Pays-Bas connaissent aussi une puissante fermentation. La furie iconoclaste de 1566 en Flandre n’est que l’un des premiers épisodes de la révolte des Pays-Bas qui est sanctionnée en 1579 par la rupture entre le sud resté catholique et le nord qui sera de plus en plus protestant et formera la puissance république marchande des sept Provinces-Unies.

Une terre française depuis trois siècles seulement… (à suivre)

Note :

Oswald SPENGLER (1880-1936), Le Déclin de l’Occident, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Idées, deux tomes, 1976 [1948], tome 2, p. 308.


Page révisée le 26/08/2020. ©Karl-Michael Hoin, Avant Laprée, 2020.