Une terre

La terre d’Avant Laprée est le Nord de la France, entendu au sens large, composé de plusieurs anciennes provinces et « pays » dont le destin a été parfois séparé au cours de l’Histoire : Flandre, Artois, Boulonnais, Cambrésis, Hainaut… Des incursions jusqu’aux confins de la Picardie et en Belgique ne sont pas non plus à exclure dans notre lecture des archives de Laprée.

Les caractères originaux de cette terre

Une terre de passages, une terre d’échanges, une terre d’invasions, une frontière… Pendant deux millénaires, contacts, échanges et conflits ont eu lieu dans le Nord entre les héritiers de la germanité et ceux de la romanité. Les ravages des guerres l’ont constamment marquée.

Une civilisation rurale… Le Nord a toujours utilisé des techniques de pointe pour nourrir de très fortes populations, le dynamisme démographique étant une constante de son histoire. Ses communautés rurales acquièrent leur personnalité juridique à la fin du XIIe siècle. C’est alors que les paroisses se définissent.

Une urbanisation précoce, puissante et originaleUn remarquable essor urbain suit les migrations des ruraux dès le XIe siècle. L’activité textile et le commerce se développent alors, des guildes se créent, des foires s’établissent. Les libertés communales sont acquises, sans violence (à l’exception de Cambrai), faisant émerger un patriciat puissant. La prépondérance d’Arras faiblit au XIIIe siècle tandis que le Nord de la Flandre amorce de forts développements dès la fin du XIIe siècle.

Dans l’État bourguignon puis Habsbourg…

Le XIVe siècle connaît de graves crises démographiques (peste) et économiques (marasme agricole, crise de la grande draperie). Le ressaut vital ne reprend qu’au XVe siècle.

Le regroupement bourguignon puis le pouvoir espagnol (Charles Quint, son fils Philippe II) sont des périodes contrastées, de splendeurs princières et de malheurs populaires. Guerres et invasions fréquentes créent une insécurité permanente, malgré des répits, jusqu’à l’ « âge d’or » des Archiducs (Albert et Isabelle) durant le premier tiers du XVIIe siècle, avant la reprise des hostilités contre la France. Les centres de gravité économiques se déplacent à cette époque de Gand à Anvers (qui culmine au milieu du XVIe siècle) puis plus loin vers le nord.

Terre d’hérésies multiples à la fin du Moyen-Âge, les Pays-Bas connaissent aussi une puissante fermentation. La furie iconoclaste de 1566 en Flandre n’est que l’un des premiers épisodes de la révolte des Pays-Bas qui est sanctionnée en 1579 par la rupture entre le sud resté catholique et le nord qui sera de plus en plus protestant et formera la puissance république marchande des sept Provinces-Unies.

Une terre française depuis trois siècles seulement…